Dakar 2020 : Richard Gonzalez entraîne une cinquantaine de personnes sous sa bannière !

Richard Gonzalez ©MFE

Lors de la présentation du Dakar 2020 à l’Institut de la Maison Arabe à Paris, Richard Gonzalez le Patron du Sodicars Racing (basé à Marcillac en Gironde) a acté sa petite idée de ce qui attend son Team au cours de ce périple en Arabie Saoudite (5 au 17 janvier). Il se montre serein et confiant pour les huit équipages autos qui composent son Team.

  • Sodicars Racing sera représenté par huit binômes, un Team amateur massif sur ce Dakar ?

Richard Gonzalez :« Effectivement, nous serons en force sur cette édition, la première en Arabie Saoudite. Ajoutons aux huit autos en course deux camions d’assistance et une voiture, ce qui représente un sacré Team d’amateurs sur ce rallye-raid. Onze véhicules au total sur la piste, cela ne laisse pas indifférent ! »

  • C’est un record pour Sodicars Racing ?

Richard Gonzalez :« Oui. Deux ans auparavant, nous avions une équipe importante mais, cette fois nous partons avec des équipages plus homogènes. Notre objectif : être à l’arrivée de toutes les étapes avec un minimum de problème et si cela fonctionne comme je l’imagine, cela finira par payer ! »

  • Cet engouement enregistré chez Sodicars pour le Dakar, est-ce la découverte d’un nouveau pays qui attire autant de clients ?

Richard Gonzalez :« Je le témoigne. Je pense que ce pays totalement nouveau pour la discipline, attise la curiosité de mes clients. »

  •     Le parcours est corsé en écoutant le descriptif du Directeur du Dakar, David Castera, est-ce ton sentiment ?

Richard Gonzalez :« Il semble costaud. Donc, nous allons nous préparer dans ce sens. Je pense que les dunes d’Arabie seront plus simples à franchir que celles d’Amérique du Sud ! Le sable d’après les images m’a semblé plus normal, plus rationnel… »

  • Les étapes sont annoncées plus longues

Richard Gonzalez :« Elles le seront ! Il faudra être prudent, se lancer dans l’épreuve en gérant en fin tacticien au quotidien. »

  • Le fait que les camions T4.3 seront non plus sur le routier mais sur la piste de la course, pour aller dépanner ses équipages, est-ce un coup dur ?

Richard Gonzalez :« Cette décision place toutes les assistances dans les mêmes conditions. Rouler derrière les équipages est notre ‘job’, nous n’avons pas d’alternative. Cela nous laisse malgré tout, la possibilité de sortir nos voitures par les pistes adjacentes ou par le routier pour les ramener au bivouac afin de les panser selon leurs maux. Il faut que cet article du règlement soit respecté par tout le monde ! »

  • Le Sodicars Racing déplace humainement combien de personnes sur le terrain ?

Richard Gonzalez :« Nous serons une cinquantaine de personnes, équipages compris. Important et imposant, non ? »

Propos recueillis par Marie-France Estenave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *