C’est ainsi que Oscar Fuertes et Diego Vallejo ont vécu le jour de repos à Riyad

Oscar et Diego et la Délégation saoudienne de la marque

Óscar Fuertes et Diego Vallejo ont consacré leur journée de repos à reprendre des forces et à préparer le Korando DKR pour affronter les longues étapes de sable de la dernière ligne droite du Dakar.

En somme, ils ont fait comme la majorité des concurrents en confiant leur véhicule aux mécanos du Sodicars Racing pour se permettre de récupérer.
L’équipe SsangYong a reçu également la visite des dirigeants saoudiens de la marque coréenne et, en ont profité aussi pour apprendre davantage sur certains aspects de la culture et de la gastronomie arabes traditionnelles qu’ils ont partagé au cours d’un déjeuner.

La journée de repos est l’un des jours les plus attendus d’un Dakar, et c’est donc à Riyad, la capitale saoudienne, qu’ils ont posé leur valise pour 24 heures !

« Au départ du rallye, nous ne connaissions pas bien cette voiture de chez Sodicars. Nous avions roulé sur 300 km seulement pour en connaître ses réactions. Nous avons été agréablement surpris, tant par son comportement que par les avantages qu’elle est en mesure de nous offrir », a expliqué le pilote. « La compétitivité du Korando DKR a été constatée dès le départ. Le SsangYong est entré dans le top 30 du général dès l’étape 2 et à partir de là, il a continué à gagner des positions, au point d’arriver à Riyad à une magnifique 25ème place, la meilleure occupée par la marque coréenne au cours des trois derniers Dakar. »

Le pilote qui souffrait du genou vendredi a été soigné par un physiothérapeute, il peut de nouveau conduire et affronter les six autres étapes.

De son côté, le navigateur Diego Vallejo garde les pieds sur terre : « il faut être prudent. Il y a encore beaucoup de kilomètres à parcourir. On dit toujours qu’il y a une mauvaise journée sur le Dakar. Espérons que cette année, nous ne la vivrons pas … » La navigation est une clé importante sur ce Dakar : « Le travail de navigation que nous avions effectué au Maroc m’a permis de comprendre davantage la philosophie du rallye. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *