Dakar : Le bilan du Sodicars Racing par Laurent Fouquet !

Coiffé du rôle de team manager par Richard Gonzalez, le boss du Sodicars Racing, Laurent Fouquet concepteur et pilote est rentré de son périple en Amérique latine avec un bilan qui s’expose transparent.

Certes, des imperfections du collégial sont à corriger voire à gommer mais, celui qui sait de quoi il parle, dégage un langage qui en dit long sur la motivation et la volonté de l’équipe bordelaise. Près de 50 personnes formaient le team (équipages compris), ce qui souligne l’importante délégation présentée à ASO par cette équipe régionale de l’Aquitaine super passionnée.
Certes, aucun des équipages ne pouvaient faire la ‘une’ comparativement aux équipages Peugeot et autre Overdrive mais, France Télévision dans 'Bivouac' grâce à Gaël Robic a souvent rapporté l’avancée des équipages de la plus grande équipe d’amateurs engagée sur le Dakar. Personne n’a à rougir des prestations, du moins ceux qui ont atteint Cordoba, en Argentine en étant partis de Lima au Pérou, une quinzaine de jours auparavant, au terme des 7000 km.

D’une voix réfléchie et posée sans se départir de son sourire, Laurent Fouquet fait état du ‘déclarable’, le reste sera réglé en interne avec les personnes concernées, pas la peine d’en faire étalage sur la place publique. "Les trois abandons des premiers jours sur des tonneaux n’incombent qu’à eux. Les erreurs des pilotes s'admettent, c’est humain et malchanceux ! Prendre d’entrée de jeu des coups de bambou aussi fort met une équipe comme la nôtre en souffrance…"

Les Libanais, Jad Comair – Antoine Iskandar sur un BV6 ont pulvérisé la machine après une série de tonneaux dès la 1ère étape longue de 31 km !
Le lendemain, dans la boucle de Pisco, ce fut Gérard Tramoni et Dominique Totain qui rendaient leur carton pour les mêmes raisons, leur Springbok était éparpillé sur plusieurs mètres. Pendant ce temps, Roger Audas dans une cuvette de sable se bat comme un diable pour en sortit puis, son navigateur Reynald Privé favorisa l’abandon.

Les trois 'caisses' furent hissées sur le porteur, la caravane Sodicars Racing poursuivit son Dakar en s’appuyant d’une part sur les trois BV2 de Eric Bernard, Philippe Boutron et Francis Balocchi et le BV6 de Isidre Esteve Pujol (paraplégique) qui fit chaque jour l’admiration de l’équipe.

Les deux équipages d’assistance rapide – Emmanuel Baltes/Thierry Richard et Philippe Raud/Patrice Saint-Marc -  un temps absents des écrans, faisaient de nouveau leur apparition lors de la mise à jour des classements à la journée de repos à La Paz en Bolivie.

Alors que le rallye reprenait le cours normal de l’histoire de la 40ème édition, Francis Balocchi et Franck Maldonado sont restés dans l’étape 7, sans moteur. Les raisons seront connues au retour des véhicules et après le démontage pour en connaître les vraies raisons.

Tous les efforts de l’équipe se portèrent désormais sur Eric Bernard et Alexandre Vigneau hissés dans le top de leur objectif. Ils iront ainsi jusqu’au bout après une grande frayeur durant la dernière spéciale, dans la boucle de Cordoba, ils tapent dans un arbre ! Par chance, l’assistance rapide est arrivée sur les lieux pour les aider à soigner le BV2 qui souffrait ! Faute avouée par le pilote, chaleur pour le co-pilote, une 15ème place finale les récompense, leur intelligente course, comme ils sont coutumiers depuis trois ans et la fiabilité du BV2 sont les clés de leur réussite.
"Ce sont des regrets certes mais, Francis (Balocchi) reviendra sur le Dakar plus fort et avec des enrichissements personnels. Le Dakar est une épreuve où l’expérience prévaut pour se sortir chaque jour de l’ornière qui se creuse…" avertie Laurent.

Puis, faute d’embrayage Philippe Boutron flanqué de Mayeul Barbet, se sont vus 'mettre hors course' pour dépassement de temps et trop de way-points manqués à deux jours de l’arrivée. "C’est la plus grosse déception de l’équipe" poursuit Laurent Fouquet. "Il réalisait une belle course marquée par quelques péripéties ordinaires en rallye-raid mais, ils ont été marquants. Cela aurait fait le plus grand bien à l’équipe d’enregistrer une voiture de plus à l’arrivée ! » relate Laurent Fouquet, porte-parole des l’équipe technique.

Eric Bernard et Alexandre Vigneau (15ème) sont arrivés à bon port tout comme Isidre Esteve Pujol (BV6) 21ème. "Isidre a certainement été le plus sportif de tous que ce soit sur la piste ou sous la structure Sodicars. Son classement est valeureux et le voir déjà tourné vers 2019 souligne sa satisfaction. Ce pilote ne lâche rien. Et ce ne sont pas les petits problèmes qu’il a rencontré avec Txema (Villalobos, son navigateur), ni les crevaisons, ni les ensablements qui le démoliront mais, dans sa tête, il cogite déjà sur l’avenir pour améliorer son quotidien sur la piste et pour un engagement qui réponde à son attente, être au plus près des équipages de pointe, comme il le fit à moto…"

La conclusion de Laurent Fouquet se destine bien évidemment à Bernard-Vigneau, 15ème du général final : "des pros, des hommes de valeur, passionnés et soucieux du bien-faire. Ils ont également rencontrés de petits problèmes sans grande conséquence dans leur course…"

Maintenant, Laurent Fouquet a le droit de penser un peu à lui. De sa casquette de team-manager, il va enfiler sa combinaison de pilote et se lancer dans le Championnat de France des rallyes tout-terrain comme en 2016 où il fut sacré. Objectif le titre, avec un Buggy 'made in family', 11 manches au programme et un super défi à relever face à des Vincent Poincelet ou encore Jean-Philippe Dayraut dont c’est l’engagement officiel cette saison.

Marie-France Estenave

Photos 1 & 6 : Laurent Fouquet © MFE
Photo 2 : La famille Sodicars Racing avant le départ de Lima au Pérou © MFE
Photo 3 : Eric Bernard et Alexandre Vigneau, 15ème au général © DR
Photo 3 : Isidre Esteve Pujol et Txema Villalobos furent remarquable © DR
Photo 4 : Philippe Boutron © MFE

 

Le Team Sodicars

Tombé "amoureux" du désert et des grandes étendues suite à un raid à OMAN, Richard GONZALEZ décide d'assurer l'assistance T5 du team TOYOTA FRANCE COMPETITION en 2005.

Pour cela il fait construire son premier camion , un MAN 8x8 et participe à son premier DAKAR ! Ce MAN est en 2005 un des plus gros T5 du DAKAR !
Sodicars Racing est en route !

Lire la suite ..

A vous d'écrire !

Vous avez la parole !

En cliquant sur le lien de menu "vous avez la parole", vous pourrez écrire vos commentaires, encouragements, tout ce qui vous passe par la tête. Participez à la vie du site SodicarsRacing.fr !

Vidéo - Saint Cyprien

Recherche sur le Site