Rallye du Maroc – Arrivée : Philippe et Mayeul à bon port !

Le BV2 de Philippe Boutron et Mayeul Barbet à l’arrivée du Rallye du Maroc 2021 ©Antonin Vincent / DPPI

Cinq jours de course intense, sous la chaleur, dans les dunes, les cailloux, du rapide, du sinueux… tout ce qui faut pour une répétition générale avant le Dakar. Car, d’ici là, Philippe Boutron et Mayeul Barbet n’auront pas l’occasion de faire joujou.

Pour le binôme du Sodicars Racing, le seul présent sur le Maroc avec un BV2, la démonstration fut sans complication. Comme tous les amateurs, ils ont vécu des égarements, une crevaison, la poussière des véhicules qui les précédaient… des petites tracasseries qui ne laisseront pas de traces.

« Une très belle semaine qui me donne toute satisfaction. De très belles spéciales qui nous ont permis de nous roder en prescience du Dakar. Le BV2 m’a également donné toute satisfaction », tel est le bilan du pilote.

Avec ses grosses roues le Buggy a une nouvelle apparence plus combative et, les crevaisons sont épargnées : « C’est bien ces roues. Dans le sable et sur les cailloux, c’est beaucoup plus confortable…. »

L’équipage se dit prêt pour l’Arabie Saoudite, se montre même impatient de s’y retrouver.  Mais, Philippe d’ajouter : « il serait judicieux de trouver une solution pour les SSV. Leur poussière et le fait que malgré le Sentinel, ils ne laissent pas passer « devient problématique » précise Philippe. « Je dirai même, dangereux. Sur les dépassements avec la différence de vitesse, il faut étudier quelque chose rapidement. Nous avons tapé dans un poteau aujourd’hui, dans la poussière d’un SSV ! Envisageable Par exemple, envisager un klaxon Sentinel différent, comme en camion ! » questionne Philippe à la recherche d’une solution fiable.

Quant à Mayeul, il ne pense désormais que tablette avec laquelle il a bien sympathisé en termes de navigation.

Après une super-spéciale et cinq étapes, Philippe et Mayeul se classent à la 30ème place du classement général final.

Marie-France Estenave